La Symphonie des Cieux

La Symphonie des Cieux

Réécriture - Ch 1 : La Sentinelle sur son arbre (5/5) 15/07/15

Riéna s'était assise et léchait sa patte avec application. Une fois satisfaite, l'Alirona darda sur lui ses iris d'un bleu profond, presque occultés par la noirceur de ses pupilles dilatées par le manque de lumière. Télamon se ratatina encore plus.

— Je les ai donc laissés à Twellen, lâcha alors Riéna, l'air de rien.

Les plumes de Télamon se dressèrent à nouveau. Twellen ? Il ne jouissait pas d'une très bonne réputation, malgré sa puissance et son sérieux indiscutables. Néanmoins, la Sentinelle argentée estimait préférable de ne pas insister. Confier ses propres enfants à cet Aliron taciturne ne devait pas plaire à Riéna, quoiqu'elle parût ravie de l'expression incrédule de son roi.

Nous devrions partir rapidement, poursuivit-elle en dépliant ses ailes, prête à prendre son envol. Twellen n'était pas tout à fait extatique à l'idée de jouer les gardes d'enfants et je crains que sa patience n'atteigne sa limite d'ici peu. Ta compagne – que tu as lâchement abandonnée, je te le rappelle – doit vraiment être furieuse contre toi. Cieyda supporte Yaline depuis près de deux mois, par ta faute. J'adore ta sœur, mais n'importe qui deviendrait fou à la côtoyer si longtemps.

Pas la peine de te montrer si joyeuse, grommela Télamon, je réussirai bien à me faire pardonner. De toute façon, elle aussi adore Yaline. D'ailleurs, si tu te soucies tellement de Cieyda, pourquoi n'es-tu pas restée avec elle ?

Un sourire dénué de toute malice étira les babines de Riéna. Le cœur de Télamon manqua un battement. Voulait-elle dire que... ? Enfin !

— Est-ce que... reprit-il, à nouveau nerveux.

— Pas d'inquiétude, je pense que nous avons encore quelques jours devant nous. Ceci dit, mieux vaut ne pas traîner si tu ne souhaites pas arriver en retard pour le plus beau jour de ta vie.

Seigneur Télamon ? intervint Témis d'un ton ennuyé. Je suis navré, mais je n'ai rien compris à votre discussion...

L'Aliron le croyait sans mal, mais il n'était plus temps de flâner. Il allait devenir père ! Enfin ! Ses ailes commencèrent à s'ouvrir et... se figèrent.

Et si Cieyda...

Je dois partir, déclara-t-il avec ferveur, dans l'espoir de se convaincre lui-même que tout se passerait bien. Ma présence ici est désormais inutile, sans compter que la perspective d'un ulcère devrait hanter ce soiffard pendant un moment, conclut-il avec un sourire, assez fier de lui, avant de se rendre compte de sa bévue.

Un jour, il faudra qu'on parle de cette histoire d'ulcères, susurra Riéna. Je suis sûre que Yaline trouvera ça passionnant.

Télamon décida de ne pas l'écouter. Elle pouvait dire ce qu'elle voulait, rien ne viendrait entacher sa félicité. Rien.

Vous allez sauver un autre royaume ? demanda Shadred, qui se dégagea de l'étreinte de son père pour s'avancer vers lui.

Non, encore mieux que ça ! déclara-t-il, se dressant sur ses pattes.

Alors vous allez arrêter les Diamants ?

La joie de Télamon s'évanouit aussitôt, et il se rallongea. De quoi le gamin parlait-il ?

Explique-toi, Shadred.

Le prince recula de quelques pas, soudain effrayé par le ton et l’expression de l'Aliron argenté. Il n'avait sans doute pas pensé un seul instant que sa remarque étourdie causerait autant de trouble aux deux Sentinelles.

Eh bien... C'est à cause de Grand-Mère...

— « Grand-Mère » ? releva Témis avec surprise. Votre gouvernante, tu veux dire ?

Shadred acquiesça sans un mot.

— Il s'agit d'une vieille femme, expliqua Témis à l'adresse de Télamon et Riéna. Leur défunte mère l'appréciait beaucoup et elle est à notre service depuis des années, donc je préfère la garder à nos côtés. Cependant, elle a perdu la raison il y a quelques mois. Elle ne cesse d'affirmer que des corbeaux essaient de voler son âme et prétend qu'une louve la visite chaque nuit pour lui apporter des visions d'horreur. Ne prêtez pas attention à ces élucubrations, Seigneur Télamon.

J'aimerais quand même l'entendre, insista l'Aliron.

Folie ou non, le terme de « Diamants » n'avait rien d'anodin, puisqu'il désignait les Esprits jumeaux, Ysdréona et Esdayron. Or, à sa connaissance, les Sorciers et les Hommes les appelaient rarement ainsi. Alors pourquoi la gouvernante aurait-elle employé ce mot au lieu de leur nom ?

Et que voulait dire Shadred, par les « arrêter » ?

C'était la nuit dernière, reprit Shadred, le regard baissé sur ses pieds. Grand-Mère nous racontait une histoire, à Artiésis et à moi, puis elle s'est mise à hurler en se griffant les yeux comme si elle tentait de se les arracher. Elle n'arrêtait pas de crier que nous allions tous mourir, et elle pleurait tellement ! On pensait qu'elle parlait de l'invasion d'Ogrist, sauf qu'ensuite elle a mentionné les Diamants. Elle a dit qu'Esdayron et Ysdréona s'affrontaient sur Firtéméäth depuis l'aube des temps, et qu'Esdayron se cherchait un nouveau cœur en ce moment même, sur Aïtas Iras. Elle a dit que ça ne s'était pas encore produit, et en même temps que ça s'était déjà produit plein de fois. Mais cette fois, quand il l'aura trouvé... la Dernière Danse commencera. Et ça marquera la fin du monde. Enfin, c'est ce qu'elle a dit.

Est-ce que tu comprends quelque chose ? souffla Riéna directement dans la tête de Télamon, afin que les deux Posiédans ne l'entendent pas.

Si l'Alirona parvenait à dissimuler son désarroi aux yeux des humains, Télamon devinait sans peine ses sentiments.

Non, et ça ne me plaît pas. Les Diamants sont des Esprits, ils ne possèdent donc pas de corps. À quoi détenir un cœur pourrait-il bien leur servir ? Et puis je ne vois pas pourquoi ils resteraient sur Aïtas Iras au lieu de demeurer dans les cieux !

Et la Dernière Danse ? insista l'Alirona. De quoi s'agit-il ?

Je ne sais pas, nous devons chercher plus d'informations. Ces paroles ne doivent pas être prises à la légère, malgré la fiabilité incertaine de cette source.

J'en parlerai à Yaline et Leymads, une chasse de ce genre devrait les ravir. D'ailleurs, il faut que nous partions.

Tu as raison, et puis inutile de les effrayer pour rien. Ne l'écoute pas trop, Shadred, dit-il à voix haute. Mais si cela t'ennuie, tu peux consigner ces histoires par écrit pour que nous y jetions un œil à notre retour.

Comme prévu, Shadred retrouva son enthousiasme.

Alors vous reviendrez ? Vraiment ?

Bien sûr, et je rendrai visite à cette brave gouvernante. Essayez de ne pas provoquer Ogrist, en attendant, ajouta-t-il à l'adresse de Témis.

— Vous me connaissez ! se récria celui-ci. Je suis un pacifiste convaincu, n'en déplaise à mes concitoyens.

Télamon et Riéna s'envolèrent sans plus tarder vers le nord, sans un regard pour les deux Posiédans. Tandis qu'ils se dirigeaient vers Aïtas Iras, l'île continent, l'Aliron argenté oublia bien vite ses inquiétudes concernant les Diamants, puisqu'il n'étudierait pas la question dans l'immédiat. À vrai dire, il craignait davantage de manquer la naissance de son enfant que de subir les foudres d'un Asuradévas.

Comment serait-il ? Un fils ? Une fille ? Quelle couleur ses plumes afficheraient-elles ? Et ses yeux ? Lui ressemblerait-il, ou à sa mère ? Bah ! Peu importe, du moment que son caractère différât de celui de ses tantes !

Yaline y assisterait, évidemment, puisqu'elle protégeait Cieyda. Et Meian ? Où était-elle donc passée ? Deux ans auparavant, elle s'était évanouie dans la nature, sans un mot. Depuis, presque aucune nouvelle, ce qui n'était pas dans ses habitudes.

Les Sentinelles chassaient souvent seules, pourtant Télamon se sentait trahi par la disparition volontaire de sa sœur cadette. Il savait qu'elle avait une fille, mais il avait obtenu cette information par l’intermédiaire d'une Alirona qui avait croisé Meian par hasard. Il se demandait ce qui pouvait bien motiver un tel comportement, et si leurs enfants se rencontreraient un jour.



19/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres